Innovation et réussite

Innovation et réussite.

Depuis quelques mois que j’ai commencé à réfléchir sur ce sujet, j’ai acquis la conviction que les réussites humaines, dans quelque domaine que ce soit, résultent d’innovations.
Plusieurs exemples dans des domaines très divers me viennent spontanément à l’esprit:
– l’ordinateur individuel (PC ou Apple), les smartphones, les tablettes, l’Internet et les services connexes tels que Google ou Facebook,
– le téléphone mobile et son incroyable succès en Afrique: les terminaux mobiles bon marché et le prépayé comme facteurs essentiels de succès,
– m-Pesa, le mobile money de Safaricom au Kenya ou la solution de transfert d’argent w@ri au Sénégal,
– l’automobile, l’avion
– la Chine moderne, 2ème puissance mondiale, usine du monde: l’économie socialiste de marché de Deng Xiaoping,
– le lait, le sucre, le café en mini-dose: la vendeuse de “thiaf” (arachides grillées) comme modèle
– l’aspirateur sans sac de Dyson,
– la montre Swatch qui a sauvé l’industrie horlogère suisse d’une mort certaine face à l’arrivée massive de montres électroniques bon marché venues du Japon,
– Nespresso qui a révolutionné l’art du café,
– l’appel du 18 juin 1940 du Général De Gaulle qui a été une contribution décisive au sauvetage de la France,
– les marches bleues d’Abdoulaye Wade en 2000,
– les 2 années de pré-campagne de Macky Sall dans le Sénégal des profondeurs,
– le fosbury flop comme technique de saut en hauteur,
– les chroniques de Mamane sur RFI.
Les exemples sont nombreux et je pourrai encore en citer des dizaines. Mais vous devez vous demander ce que ces différents exemples ont en commun et en quoi ce sont des innovations.
Posons alors la question: qu’est-ce qu’une innovation?
Dans le domaine du marketing, donc des produits et services en entreprises, la chose est relativement plus simple à expliquer et à comprendre.
Certaines définissent un peu rapidement une innovation comme une invention qui a rencontré son marché, c’est-à-dire qui répond à des besoin ou des attentes clients. C’est vite dit et un peu restrictif, car une innovation ne découle pas toujours d’une invention. Selon moi, une innovation dans le domaine des produits et services répond essentiellement à trois, voire quatre critères qui:
1) le caractère inédit sur le marché concerné, qu’il soit local, national, sous-continental, continental ou mondial. Il ne s’agit pas de dire qu’un produit ou service innovant est forcément nouveau sur son marché; il est en effet possible d’innover en partant d’un produit ou service existant (donc sans invention grand-chose), en jouant juste sur une des caractéristiques du produit ou service: i) les caractéristiques (conditionnement par exemple), ii), le prix ou la façon de faire payer (cas du prépaiement dans le mobile en Afrique), iii) la façon de vendre ou d’organiser la distribution, iv) la promotion/communication ou la façon de faire savoir;
2) la satisfaction d’un besoin manifeste ou latent d’une frange significative de consommateurs;
3) la création de valeur (revenus, profits, voire image) pour l’entreprise;
4) Conséquence des 3 autres critères: le fait d’être copié, imité. 
Vous devez vous dire qui ces critères sont peut-être pertinents pour les produits et services, ils ne le sont pas forcément dans d’autres domaines. Vous avez certainement raison.
Mais, vous serez peut-être d’accord si j’emprunte la définition que donne de l’innovation Carmine Gallo dans ” Les secrets de l’innovation de Steve Jobs”:
“L’innovation est une façon nouvelle de faire des choses qui entraîne un changement positif. Elle rend l’existence meilleure”.
M’appuyant sur cette définition que je trouve excellente, je dirai à ma façon: innover, c’est penser différemment et agir concrètement pour réaliser des choses qui améliorent la vie d’une clientèle ou d’une communauté”.
Très clairement, dans ma conception, trois choses sont essentielles dans toute innovation: i) le penser différemment, c’est-à dire la volonté de sortir des sentiers battus, des autoroutes de la conformité ii) la capacité d’exécution ou la volonté de réaliser et réussir quelque chose de concret iii) la recherche d’un but positif, voire élevé dans certains cas.
Je pourrai appliquer ces définitions à chacun des cas que j’ai évoqués en introduction.
Je voudrais partager avec vous cette réflexion naissante afin de l’élargir et de la développer.
Je reviendrai régulièrement soumettre à votre appréciation le fruit de mes réflexions et aussi engager avec vous l’échange d’idées sur des thèmes connexes.
Merci et à bientôt